5 questions pour savoir si vous devez louer ou acheter

Alors que les taux d’intérêts sont au plus bas et les prix immobiliers au plus haut, tout le monde se pose la question : faut-il acheter ou louer sa résidence principale ? D’un côté les arguments « payer son loyer, c’est jeter l’argent par les fenêtres », de l’autre, les arguments « l’immobilier ne peut que baisser désormais ». Qui a raison ? Qui a tort ? Tour d’horizon des critères à examiner pour prendre votre décision.

1. Combien de temps comptez-vous garder le même appartement ?

S’il ne fallait qu’un critère, c’est celui-ci : combien de temps allez-vous rester dans l’appartement ou la maison que vous hésitez à acheter ? Plus c’est court, plus les frais de notaire vont peser lourd (10 000€ de frais sur un an, c’est différent de 10 000€ sur 10 ans…). Si vous comptez acheter un studio et que madame est enceinte, restez locataires ! Si vous êtes célibataire, réfléchissez à deux fois et à vos chances de fonder une famille à court terme.

A titre d’exemple, à Paris, ce n’est pas rentable d’acheter si vous restez moins de 9 ans dans l’appartement. En province, c’est un peu mieux, vous le lirez plus bas. En tout état de cause, si vous comptez rester 4 ans ou moins, n’achetez pas !

2. Comment financez-vous l’achat ?

Les taux d’intérêts ultra-bas des dernières années ont fait monter les prix immobiliers. En effet, emprunter de l’argent ne coûte plus rien, ce qui augmente le pouvoir d’achat des acheteurs.

Si vous avez un apport limité et empruntez la quasi-totalité du coût de votre achat immobilier, c’est bien pour vous puisque vous allez pouvoir emprunter un maximum. Si vous comptez placer un capital, pesez bien le pour et le contre et demandez-vous si une assurance-vie ne serait pas un meilleur placement.

3. Quelle est votre stabilité professionnelle ?

Un achat immobilier vous oblige à rester sur la même zone d’emploi pour la dizaine d’années qui vient. Si vous êtes mutés par votre entreprise à Brive-la-Gaillard alors que vous avez acheté à Rennes, il y a de fortes chances que vous deviez vendre votre appartement, en ayant dépensé des frais de notaire en pure perte et surtout investi un temps précieux dans l’achat.

Demandez-vous donc si, avec votre travail, vous risquez de bouger prochainement ou non. Si vous avez toute raison de rester là où vous êtes, foncez, l’achat est l’option naturelle ! Sinon, demandez-vous si la location ne ferait pas mieux l’affaire.

4. Comment sont les prix locaux de l’immobilier ?

Le ratio loyers/prix n’est pas du tout le même selon les villes. Dans une ville étudiante où tout le monde est locataire, acheter un bien ne vous coûtera pas si cher. Et l’inverse dans une ville de retraités fortunés. Mais chaque ville est différente. Renseignez-vous avant tout sur le marché chez vous. Selon Meilleur-taux, à Perpignan il vous faudra un an pour rentabiliser votre achat. A Bordeaux ce sera 9 ans et demi ! Tous les détails ici.

Et dans tous les cas, peu importe la zone, n’imaginez pas faire une plus-value sur la revente de votre bien. Aux prix actuels de l’immobilier, rien n’est moins sur !

si l’anglais ne vous rebute pas, vous pouvez jouer avec ce petit simulateur du New York Times, qui vous aidera à décider.

5. Acheter ou louer : et les émotions dans tout ça ?!

Tous ces critères sont factuels et financiers. Mais il ne faut pas oublier que les motivations d’un achat sont aussi bien souvent émotionnelles : le plaisir d’être chez soi, de faire ce que l’on veut en termes de travaux, c’est quelque chose qui n’a pas de prix pour beaucoup de monde. De même pour habiter la maison de vos rêves, sur laquelle vous flashez depuis vos 12 ans.

Écoutez aussi votre cœur ! L’argent c’est bien, mais le mieux c’est la satisfaction que vous trouverez dans son utilisation et rien ne vaudra les souvenirs que vous aurez dans votre maison, louée ou possédée !

5 questions pour savoir si vous devez louer ou acheter
4.7 (93.33%) 6 votes

Infos-Finances

Infos-Finances est un site de référence sur les finances personnelles, pour vous aider à faire les bons choix en termes de placements, d'investissements, de banques en ligne et autres préoccupations financières.

Laisser un commentaire